Susannah Temko, 24 ans

J’ai découvert que j’étais intersexuée deux mois après avoir terminé ma chimiothérapie. Je venais d’avoir 16 ans. Au début, j’ai paniqué, car cela a anéanti tout ce que je pensais savoir sur moi-même. Rien ne pouvait me dire ce que cela signifiait.

« Les chromosomes XY ne me définissent pas. C’est moi qui me définis. J’assume ma féminité ainsi que le fait d’être intersexuée. J’ai passé beaucoup trop de temps à me demander si j’étais assez féminine, puis je me suis rendue compte que cela ne voulait rien dire. » – Susannah, 24 ans
@Dove

Cela signifie que j’ai les chromosomes XY et des gonades dysgénétiques (qui ont été retirées), c’est-à-dire lorsque les organes ne sont ni des ovaires, ni des testicules. Je m’identifie comme étant du sexe féminin, mais je me suis mise en tête l’idée que je n’étais pas une vraie femme à proprement parler. C’était lamentable. À 18 ans, j’ai souffert de dépression clinique et, à un moment, je suis devenue suicidaire. J’ai développé un trouble alimentaire très grave. Je pensais que je devais ressembler à un mannequin de Victoria’s Secret, que je devais être ultra féminine et magnifique, j’aspirais à ce que je pensais être la perfection. Je ne pouvais pas sortir de chez moi sans être parfaitement maquillée.

Commencer à écrire mon blog a été décisif. J’y parlais du cancer et le message que je faisais toujours passer est qu’il n’y avait rien de mal à avoir une maladie, que l’on ne doit pas avoir honte d’avoir un corps malade – que la beauté et la force résident en chacun de nous. Il y a tout juste un an, j’ai finalement décidé d’écrire sur mon blog un article sur le fait d’être intersexuée. J’ai failli vomir lorsque j’ai cliqué sur publier, car plus de 5 000 personnes seraient susceptibles de lire le texte, mais, en fin de compte, cela a libéré un poids considérable en moi. Depuis, je parle ouvertement sur ce sujet et je me suis rendue compte que si ça pose un problème aux gens, c’est eux que cela affecte, pas moi. Je me sens plus forte, même si je ne me sens aucunement parfaite. Il y a toujours des moments où je me regarde dans le miroir et où j’aimerais que la forme de mon visage soit différente. Mais, avant, il y avait une voix critique dans ma tête qui résonnait fort et étouffait toutes mes autres pensées. Aujourd’hui, je peux la faire taire.